Les Styles d'Attachement dans le Couple

Rédigé par Nour BAKAYOKO

Image

Blog

Les Styles d'Attachement dans le Couple

Les styles d’attachement ont été developpés par un psychiatre du nom de John Bowlby qui définit ce concept comme un équilibre entre les comportements d’attachement envers les figures parentales et les comportements d’exploration du milieu. La psychologue Marie Ainsworth poursuivant les recherches confirmé ces travaux.
En fonction de ces différentes façons d’être en lien avec sa mère, le bébé devenu adulte adoptera de près ou de loin, le même style d’attachement dans sa future relation amoureuse. Ainsi, après les études et expériences approndies, a été développé quatre styles d’attachement dans la relation amoureuse.

Le style Secure
Les personnes au style sécurisant ressentent peu d’anxiété d’abandon et de crainte de l’intimité dans leurs relations intimes. Elles s’estiment valables (représentation de soi positive) et font confiance aux autres (représentation des autres positives) (+ +).
Ces individus manifestent une plus grande confiance dans l’amour de leur partenaire et rapportent plus de relations heureuses et durables. Bien qu’ils aient des sentiments positifs envers la sexualité, ils sont peu enclins aux relations occasionnelles ou aux relations sexuelles hors couple.

En clair, pour les personnes au style d’attachement sécure, l’amour n’est pas un problème. Elles s’aiment autant qu’on les aime.

Le style craintif
À l’opposé, les personnes craintives redoutent à la fois l’abandon et l’intimité. Ils ont en général une image négative d’eux-mêmes et ne font pas confiance aux autres. Bien que désireuses d’établir des contacts, elles craignent fortement l’intimité (– –).
Les craintifs finissent par trouver l’amour, mais ils mettent beaucoup de temps à établir une relation suffisamment sécuritaire pour s’abandonner voir même s’engager. La personne au style d’attachement craintif risque de faire fuir son partenaire qui se sentira sous pression et étouffé par tant de sollicitations.
Paradoxalement, les craintifs sont souvent des couples très stables car, s’ils divorcent, ils craignent de ne pas retrouver d’autres partenaires. Toutefois, ce sont souvent des couples résignés.

On retient que, pour les personnes au style d’attachement craintif, l’amour devient un problème quand il semble leur échapper.

Le style détaché
Les personnes au style détaché affichent une représentation positive d’elles-mêmes, mais possèdent une représentation plutôt négative d’autrui qui les amène à se protéger de l’intimité par une attitude d’autosuffisance (+ –).
Ces individus ne souhaitent pas que leurs relations sexuelles se transforment en relations amoureuses. Ils se sentent plus à l’aise dans des relations superficielles.
Pour le psychologue Pfeiffer, spécialiste des rapports humain, en amour, les détachés érigent en dogme leur indépendance, liberté ou autonomie. Ainsi, tout ce qui prend la forme d’un engagement, de près ou de loin peut les faire réagir de manière inappropriée (rupture soudaine de la relation dès que le partenaire évoque des projets ou des situations un peu plus implicantes). L’avantage des détachés (si l’on peut dire) est qu’en cas de rupture, ils semblent moins souffrir. En effet, le détachement émotionnel dont ils font preuve leur permet de se préserver à minima de la douleur de la rupture. Pour autant, il n’est pas exclu que ce qui ne peut être exprimé émotionnellement ne le soit pas d’une autre manière; somatiquement par exemple. De fait, les détachés ont plus tendance que les autres à “somatiser”. Leur corps s’exprime quand leur cœur ne le peut pas.

Les détachés, même s’ils apprécient la sexualité, ils trouvent rarement l’amour, car cette expérience les place dans une situation de grande vulnérabilité car la rupture devient intolérable à leurs yeux, et peut parfois mener à des drames, car l’autre devient leur «possession».

L’attachement préoccupé
La personne au style préoccupé devient anxieuse et ambivalente face à la relation. Elle se caractérise par une représentation de soi négative et une représentation des autres positive. Elle ne craint pas l’intimité et la recherche ardemment, mais dans le but d’obtenir la reconnaissance d’autrui (– +).
Cet individu manifeste des sentiments obsessifs. Doutant constamment de la sincérité de l’autre, il s’accroche activement à l’autre, parfois avec jalousie et colère. Il s’enlise dans des histoires d’amour turbulentes. Se servant de la sexualité comme voie privilégiée pour répondre à ses besoins d’attachement, il ressent des sentiments ambivalents à cause des succès relatifs dans ce domaine.
Généralement ces personnes se trouvent insatisfaites dans leur relation car le manque d’estime d’elles-mêmes ne pourra jamais être comblé par leur partenaire. Elles adoptent plutôt un comportement ambivalent du genre “Je t’aime, moi non plus” ou “Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis”.

sources
Bowlby, Attachement et perte, Paris, PUF, 1978
Pfeiffer C, Les rapports humains
J.de Montréal, Y.Dallaire

Nour BAKAYOKO

641 vues